Catégories
Immunité naturelle

Vitamine D

1- Qu’est-ce que la vitamine D ?

La vitamine D est une vitamine liposoluble. Elle est présente sous forme ergocalciférol (vitamine D2) dans les végétaux et cholécalciférol (vitamine D3) dans les aliments d’origine animale et le lichen. Au niveau de la peau, elle peut être synthétisée par photosynthèse sous l’action des rayons UV sous forme cholécalciférol (vitamine D3) à partir du 7-déhydrocholestérol. Pour être active, la vitamine D a besoin d’être transformée en 1,25-dihydroxyvitamine D (calcitriol) à partir de la 25-dihydroxyvitamine D (cacidiol) qui est la forme de réserve circulante (Anses, 2019).

80 % de la quantité totale de vitamine D3 est produite par la peau, il s’agit de la forme la mieux assimilée en comparaison à la vitamine D2. C’est pourquoi, il est essentiel de s’exposer régulièrement au soleil de mars à octobre lorsque les rayons UVB sont inférieurs à 313 nm pour fabriquer de la vitamine D3. Il est recommandé d’exposer le visage, les bras et les mains, 5 à 10 minutes par jour, 2 à 3 fois par semaine.

De novembre à février, le rayonnement solaire ne permet pas la synthèse cutanée de vitamine D. Par conséquent, c’est à cette période que le risque d’insuffisance en vitamine D est le plus élevé.

2- Quelles sont les sources alimentaires ?

La vitamine D est essentiellement présente dans les corps gras comme l’huile de foie de morue, les poissons gras, les huiles végétales et les jaunes d’œufs (Anses, 2020). Certains aliments sont enrichis en vitamine D comme les produits laitiers (lait, yaourt, fromages blanc, beurre), les céréales et les jus d’orange.

3- Quelles sont les recommandations ? Quels sont les risques de carence ?

La valeur nutritionnelle de référence est de 5 µg par jour (200 UI) pour un adulte en bonne santé (Règlement INCO, 2011). La dose de vitamine D est souvent donnée en unités internationales (UI) : 1 µg de vitamine D équivaut à 40 UI.

Depuis 2016, l’EFSA (agence européenne des aliments) recommande un apport journalier de 15 µg par jour (600 UI) à partir de l’âge d’un an, y compris pour les femmes enceintes et allaitantes. Pour les nourrissons, l’agence recommande 10 µg par jour (EFSA, 2016). Fin 2018, l’Anses (agence française des aliments) a établi une référence à 15 µg par jour pour la population française (Anse, 2019).

Ces valeurs sont difficilement atteignables par le seul biais de l’alimentation. Des supplémentations en vitamine D sont souvent nécessaires particulièrement l’hiver car l’exposition solaire est insuffisante. De plus, avec l’âge, avec la prise de certains médicaments, en cas de surpoids, de certaines pathologies ou de peau pigmentée, l’absorption de vitamine D est diminuée.

Il est possible de connaitre son statut en vitamine D par un dosage sérique de la 25-dihydroxyvitamine D (cacidiol). Le seuil optimal est de 30 à 70 ng/ml. Un seuil inférieur à 30 ng/ml est signe d’insuffisance et un seuil inférieur à 10 ng/ml est signe de carence. Il est estimé qu’environ 1 milliard de personnes dans le monde présentent des insuffisances en vitamine D (< 30 ng/ml) et particulièrement les personnes âgées (Amstutz et al, 2011).

Chez les jeunes enfants, une carence en vitamine D peut entrainer le rachitisme, il s’agit d’un manque de calcification des os et des cartilages. Chez l’adulte, une carence en vitamine D est à l’origine de l’ostéomalacie (décalcification osseuse) et de l’ostéoporose (diminution de la densité osseuse). Les signes évocateurs de déficiences sont des douleurs osseuses et musculaires ou des chutes à répétition inexpliquées.

4- Quels sont ses rôles dans l’organisme ?

La vitamine D est essentielle au maintien de l’homéostasie phosphocalcique dans l’organisme et à la minéralisation osseuse. En effet, elle contribue à une meilleure absorption du calcium et du phosphore par l’intestin et au maintien d’un bon taux de calcium dans le sang (EFSA, 2009). Elle permet ainsi le maintien d’une bonne ossature.

Une méta-analyse a été menée sur l’efficacité de la vitamine D3 sur la prévention du risque de fracture chez des personnes de plus de 60 ans. Elle a montré qu’avec une supplémentation en vitamine D à 20 µg par jour (800 UI), le risque de fracture de la hanche a été réduit de 26 % et que le risque de fractures non vertébrales a été réduit de 23 %. Une supplémentation de 10 µg par jour (400 UI) n’a, en revanche, pas été pas suffisante pour réduire ce risque (Bischoff-Ferrari et al, 2005). Aussi, il a été démontré que les personnes souffrant d’arthrose ont, en moyenne, des taux plus faibles en vitamine D (Manoy et al, 2017).

La vitamine D est aussi associée à une augmentation de la masse et de la puissance musculaire et à une prévention des chutes en particulier chez les personnes âgées. Une méta-analyse a montré, qu’avec une supplémentation de 17 µg à 25 µg (700 à 1000 UI) par jour chez des personnes âgées, le risque de chutes a été diminué de 19 % (Bischoff-Ferrari et al, 2009).

La vitamine D contribue aussi au bon fonctionnement du système immunitaire et module la réaction inflammatoire (EFSA, 2010). Il a été montré dans plusieurs études qu’un statut adéquat en vitamine D diminuerait le risque d’apparition d’infections (Yamshchikov et al., 2009). Une autre étude a étudié les effets de la prise de 30 µg par jour chez des enfants sur la survenue de la grippe saisonnière. Il a été constaté que dans le groupe qui a pris de la vitamine D, 18 enfants sur 167 ont contracté la grippe alors que dans le groupe placebo, 31 enfants sur 167 ont contracté la grippe. Dans cette même étude, il a été noté que dans le groupe supplémenté en vitamine D les enfants ont eu moins de crises d’asthme que dans le groupe placebo (Urashima et al, 2010).

5- Quelles sont les formes retrouvées dans les compléments alimentaires ?

Dans les compléments alimentaires, la vitamine D est généralement issue de la lanoline du mouton ou de lichen provenant d’une agriculture conventionnelle.

Dans Vitalitus, la vitamine D3 provient d’un extrait de lichen issu de l’agriculture biologique. Le lichen est une association d’un champignon et d’une algue. Il s’agit du seul végétal à produire de la vitamine D3.

Avec un seul comprimé de Vitalitus, l’apport journalier est de 50 µg soit 2000 UI de vitamine D3. Pour assurer un bon apport, il est préférable de prendre de la vitamine D de façon régulière plutôt que des grandes doses ponctuellement. Avec la vitamine D3, le statut en vitamine D est mieux rééquilibré et les effets sont plus durables qu’avec la vitamine D2.

Ces informations sont présentes à titre informatif. Les effets de cet ingrédient n’ont pas tous été validés par l’EFSA. L’ingrédient mentionné n’est pas prévu pour traiter, guérir ou prévenir aucune maladie.

Bibliographie

Amstutz V, Favrat B, Cornuz J, Krieg MA. Vitamine D : actualités et recommandations. Rev Med Suiss. 2011 ; 7:2332-2338.

Anses. Vitamine D. 2019. [En ligne]. https://www.anses.fr/fr/content/vitamine-d (consulté en juin 2020).

Anses. Vitamine D. Table Ciqual. 2020. [En ligne]. https://ciqual.anses.fr/#/constituants/52100/vitamine-d-(%C2%B5g-100-g) (consulté en juin 2020).

Bischoff-Ferrari H, Willett W, Wong J, Giovannucci E, Dietrich T, Dawson-Hughes B. Fracture Prevention With Vitamin D Supplementation: A Meta-Analysis of Randomized Controlled Trials. JAMA. 2005 ; 293(18):2257-2264.

Bischoff-Ferrari H, Dawson-Hughes B, Staehelin HB, Orav JE, Stuck AE, Theiler R, Wong JB, Egli A, Kiel DP, Henschkowski J. Fall Prevention With Supplemental and Active Forms of Vitamin D: A Meta-Analysis of Randomised Controlled Trials. BMJ. 2009 ; 339:b3692.

EFSA. Scientific Opinion on the substantiation of health claims related to vitamin D. EFSA Journal. 2009 ; 7(9):1227.

EFSA. Scientific Opinion on the substantiation of health claims related to vitamin D. EFSA Journal. 2010 ; 8(2):1468.

EFSA. Vitamine D : L’EFSA définit des valeurs nutritionnelles de référence pour la vitamine D. [En ligne]. https://www.efsa.europa.eu/fr/press/news/161028 (consulté en juin 2020).

Manoy P, Yuktanandana P, Tanavalee A, Anomasiri W, Ngarmukos S, Tanpowpong T, Honsawek S. Vitamin D Supplementation Improves Quality of Life and Physical Performance in Osteoarthritis Patients. Nutrients. 2017 ; 9(8):799.

Règlement INCO (UE) n°1169/2011 du Parlement européen et du Conseil du 25 octobre 2011 concernant l’information des consommateurs sur les denrées alimentaires. Journal officiel de l’Union européenne. L 304/18.

Urashima M, Segawa T, Okazaki M, Kurihara M, Wada Y, Ida H. Randomized Trial of Vitamin D Supplementation to Prevent Seasonal Influenza A in Schoolchildren. Am J Clin Nutr. 2010 ; 91(5):1255-1260.

Yamshchikov AV, Desai N, Blumberg H, Ziegler T, Tangpricha V. Vitamin D for Treatment and Prevention of Infectious Diseases: A Systematic Review of Randomized Controlled Trials. Endocr Pract. 2009 ; 15(5):438-449.