Catégories
Anti-âge Mémoire & Concentration

Crinière de lion

1- Qu’est-ce que la Crinière de lion ?

La Crinière de lion (Hericium erinaceus) est un champignon originaire d’Europe, d’Asie et d’Amérique du Nord qui pousse en été et en automne contre les arbres. La partie aérienne du champignon est formée de filaments blancs crémeux à jaune-brun de 2 à 5 cm qui tombent en cascade et mesurent entre 5 à 25 cm de large et 5 à 20 cm de haut.

Ce champignon comestible est cultivé en grande quantité en Asie où il est utilisé depuis longtemps pour son effet protecteur (Thongbai et al, 2015).

Dans notre produit Mémotop, la crinière de lion est issue de l’agriculture biologique.

2- Sa valeur

La Crinière de lion renferme des polysaccharides (béta-glucanes), des dérivés phénoliques (héricénone et érinacines), des terpénoïdes, des vitamines et des minéraux (Thongbai et al, 2015).

3- Activités neurotrophiques et neuroprotectrices

Avec la Crinière de lion, l’expression du gène NGF (Nerve Growth Factor) qui est un facteur de croissance nerveuse a été stimulée in vitro via la signalisation des kinases JNK (Mori et al, 2008). Cette stimulation serait liée à la présence de l’héricénone et de l’érinacines. Ce sont des composants de petit poids moléculaire qui passent facilement la barrière hémato-encéphalique pour atteindre le cerveau (Thongbai et al, 2015).

Dans une autre étude in vitro, des lésions axonales ont été modélisées sur des cultures neuronales. Il a été observé que la Crinière de lion a limité la mort des neurones et régénéré leurs axones. Cela a montré un effet neuroprotecteur (Üstün et al, 2019).

La Crinière de lion agit aussi sur le tissu nerveux et notamment sur la myélinisation d’après d’autres études in vitro. La myélinisation correspond à la formation de la gaine de myéline autour des fibres nerveuses. La gaine de myéline facilite la conduction de l’influx nerveux et sa lésion peut altérer le transfert des bonnes informations. Dans ces études, la Crinière de lion a eu un effet régulateur sur la formation de la myéline (Kolotushkina et al, 2003) et le processus de myélinisation a été amélioré (Moldavan et al, 2007).

Étude clinique de 4 mois faite chez 30 personnes de 50 à 80 ans atteintes de légers troubles cognitifs

Cette étude a été faite pour évaluer les effets sur les troubles cognitifs de la prise de 960 mg de poudre de Crinière par jour en comparaison à un placebo. À partir de la 8ème semaine de prise de Crinière de lion, le score sur l’échelle de fonction cognitive a été augmenté (mémoire et attention améliorées) et les troubles cognitifs et la démence ont été diminués (Mori et al, 2009).

Ces informations sont présentes à titre informatif. Les effets de cet ingrédient n’ont pas tous été validés par l’EFSA. L’ingrédient mentionné n’est pas prévu pour traiter, guérir ou prévenir aucune maladie.

Bibliographie

Kolotushkina E, Moldavan M, Voronin Y, Skibo G. The influence of Hericium erinaceus extract on myelination process in vitro. Fiziol Zh. 2003 ; 49(1):38-45.

Moldavan M, Kolotushkina P, Kirchhoff B, Skibo G, Pedarzani P. Neurotropic and Trophic Action of Lion’s Mane Mushroom Hericium erinaceus (Bull.: Fr.) Pers. (Aphyllophoromycetideae) Extracts on Nerve Cells in Vitro. 2007 ; 9(1):15-28.

Mori K, Obara Y, Hirota M, Azumi Y, Kinugasa S, Inatomi S, Nakahata N. Nerve growth factor-inducing activity of Hericium erinaceus in 1321N1 human astrocytoma cells. Biol Pharm Bull. 2008 ; 31(9):1727-1732.

Mori K, Inatomi S, Ouchi K, Azumi Y, Tuchida T. Improving effects of the mushroom Yamabushitake (Hericium erinaceus) on mild cognitive impairment: a double-blind placebo-controlled clinical trial. Phytother Res. 2009 ; 23(3):367-372.

Thongbai B, Rapior S, Hyde K, Wittstein K, Stadler M. Hericium erinaceus, an amazing medicinal mushroom. Mycol Progress. 2015. 14:91.

Üstün R, Ayhan P. Regenerative activity of Hericium erinaceus on axonal injury model using in vitro laser microdissection technique. Neurol Res. 2019 ; 41(3):265-274.