Chrome

1- Qu’est-ce que le chrome ?

Le chrome est un oligo-élément qui circule dans le sang lié à la transferrine. Il est un constituant du GTF (Glucose Tolerance Factor). Ce facteur de tolérance au glucose associe du chrome avec deux molécules de vitamine B3 et trois acides aminés (glycine, cystéine et acide glutamique).

2- Quelles sont les sources alimentaires ?

Le chrome est retrouvé à l’état de trace dans la majorité des aliments. Il est essentiellement présent dans la levure de bière, le jaune d’œuf, les haricots verts, les asperges, les flocons d’avoine et les céréales complètes.

3- Quelles sont les recommandations ? Quels sont les risques de carence ?

La valeur nutritionnelle de référence est de 40 µg par jour pour un adulte en bonne santé (Règlement INCO, 2011).

Les carences en chrome sont rares mais les besoins sont augmentés chez les sportifs, les personnes âgées, les diabétiques et les femmes enceintes.

Un déficit se manifeste par une résistance à l’insuline pouvant mener à un diabète et par une augmentation des taux de glucides et de lipides dans le sang.

4- Quels sont ses rôles dans l’organisme ?

Le chrome contribue au métabolisme normal des macronutriments (glucides, lipides) et au maintien d’une glycémie normale (EFSA, 2010). En effet, le chrome est un cofacteur de l’insuline qui se lie à son récepteur. Cela permet au glucose de pénétrer dans les cellules et ainsi de stabiliser le taux de glucose dans le sang (glycémie).

5- Études faites sur le contrôle de la glycémie

Une étude clinique a été faite chez 34 personnes en surpoids atteints de diabète de type 2 pour évaluer les effets de la prise de 30 µg par jour de picolinate de chrome pendant 2 mois. Il a d’abord été montré que le taux de chrome dans le sang était plus faible chez les personnes diabétiques. De plus, avec la prise de chrome, le taux d’insuline et la résistance à l’insuline ont été diminués (Vladeva et al, 2005).

Une autre étude a été réalisée chez 36 personnes atteints de diabète de type 2 pour évaluer les effets de la prise de 400 µg de chrome sous forme de levure enrichie en chrome pendant 3 mois. Le taux d’insuline dans le sang a été diminué de 16,5 % avec la prise de chrome et le stress oxydatif a été amélioré par rapport au groupe placebo. De plus, chez les personnes qui ont pris du chrome, la glycémie a jeun a été diminuée de manière significative (Racek et al, 2006).

6- Quelles sont les formes retrouvées dans les compléments alimentaires ?

Généralement dans les compléments alimentaires, le chrome est apporté par de la levure de bière ou sous forme de chlorure, sulfate ou picolinate de chrome.

Dans le produit Vitalitus, le chrome est sous forme naturelle. Il provient d’un extrait de basilic qui est issu de l’agriculture biologique.

Ces informations sont présentes à titre informatif. Les effets de cet ingrédient n’ont pas tous été validés par l’EFSA. L’ingrédient mentionné n’est pas prévu pour traiter, guérir ou prévenir aucune maladie.

Bibliographie

EFSA. Scientific Opinion on the substantiation of health claims related to chromium. EFSA Journal. 2010 ; 8(10):1732.

Racek J, Trefil L, Rajdl D, Mudrová V, Hunter D, Senft V. Influence of Chromium-Enriched Yeast on Blood Glucose and Insulin Variables, Blood Lipids, and Markers of Oxidative Stress in Subjects With Type 2 Diabetes Mellitus. Biol Trace Elem Res. 2006 ; 109(3):215-230.

Règlement INCO (UE) n°1169/2011 du Parlement européen et du Conseil du 25 octobre 2011 concernant l’information des consommateurs sur les denrées alimentaires. Journal officiel de l’Union européenne. L 304/18.

Vladeva SV, Terzieva DD, Arabadjiiska DT. Effect of chromium on the insulin resistance in patients with type 2 diabetes mellitus. Folia Med. 2005 ; 47(3-4):59-62.